Jump to content
IslamicTeachings.org

NADOUS

Members
  • Content Count

    10
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

17 Kind

About NADOUS

  • Rank
    NEWBIE

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  1. Why it is coming like this sister ??? It was better the other way ... why don't you put the link back???
  2. I know they should believe in the prophets... But This is all i can do for them is to ask Allah sister, it does not make me to feel better... :( ... If i keep thinking they will be in hell it is too much hearting... :( ... It might be hard for a born muslim to understand that feeling but to us this is all we have ... HOPE... and this is all we can do ... PRAY Allah to forgive them if possible... Allah know best...
  3. Amen Was same for me brother... And as you say people of today don't follow the bible anymore.... They are lost...:( ... But my parents and grand parents they always was believing in one God only ... That's why i always ask Allah if there is possibility to forgive them for their ignorance ... They haven't been guided (on the earth) and haven't see the signs He sent to them...
  4. I know sister but thank even ... Allah know best and will take the best decision... I am leaving with this , i just try not to think about it too often... Then it heart less...
  5. It is very hard yes, but with the time we find that more easy... Either to pray for them sometimes i ask Allah if there is any chance to forgive them for their ignorance to do it and to help me to pass those hard times... But for the one who are alive i ask him always to guide them the right way... I hope they will finish by to find the road of islam in their hearts... :( ... But Allah guide who he want to be guided... And i hope they will be part of it... Insh'allah..
  6. My mother was christians and i don't know if we can do it for them... :( ...
  7. Salam alaykum sister... I understand your pain my mom died 15 years ago and i still miss her... With the time the pain got easier but we never forgot them... They remain inside of us, every day we miss them and wish them to be here...Some day are more hard then others... I hope you will feel better trough the next years... May Allah easiest you and your family pain and grant all of you a place in Janah...
  8. by Ahmed An emperor in the Far East was growing old and knew it was time to choose his successor. Instead of choosing one of his assistants or his children, he decided something different. He called young people in the kingdom together one day. He said, “It is time for me to step down and choose the next emperor. I have decided to choose one of you.” The kids were shocked! But the emperor continued. “I am going to give each one of you a seed today. One very special seed. I want you to plant the seed, water it and come back here one year from today with what you have grown from this one seed. I will then judge the plants that you bring, and the one I choose will be the next emperor!” One boy named Ling was there that day and he, like the others, received a seed. He went home and excitedly told his mother the story. She helped him get a pot and planting soil, and he planted the seed and watered it carefully. Every day he would water it and watch to see if it had grown. After about three weeks, some of the other youths began to talk about their seeds and the plants that were beginning to grow. Ling kept checking his seed, but nothing ever grew. Three weeks, 4 weeks, 5 weeks went by. Still nothing. By now, others were talking about their plants but Ling didn’t have a plant, and he felt like a failure. Six months went by–still nothing in Ling’s pot. He just knew he had killed his seed. Everyone else had trees and tall plants, but he had nothing. Ling didn’t say anything to his friends, however. He just kept waiting for his seed to grow. A year finally went by and all the youths of the kingdom brought their plants to the emperor for inspection. Ling told his mother that he wasn’t going to take an empty pot. But honest about what happened, Ling felt sick to his stomach, but he knew his mother was right. He took his empty pot to the palace. When Ling arrived, he was amazed at the variety of plants grown by the other youths. They were beautiful–in all shapes and sizes. Ling put his empty pot on the floor and many of the other kinds laughed at him. A few felt sorry for him and just said, “Hey nice try.” When the emperor arrived, he surveyed the room and greeted the young people. Ling just tried to hide in the back. “My, what great plants, trees and flowers you have grown,” said the emperor. “Today, one of you will be appointed the next emperor!” All of a sudden, the emperor spotted Ling at the back of the room with his empty pot. He ordered his guards to bring him to the front. Ling was terrified. “The emperor knows I’m a failure! Maybe he will have me killed!” When Ling got to the front, the Emperor asked his name. “My name is Ling,” he replied. All the kids were laughing and making fun of him. The emperor asked everyone to quiet down. He looked at Ling, and then announced to the crowd, “Behold your new emperor! His name is Ling!” Ling couldn’t believe it. Ling couldn’t even grow his seed. How could he be the new emperor? Then the emperor said, “One year ago today, I gave everyone here a seed. I told you to take the seed, plant it, water it, and bring it back to me today. But I gave you all boiled seeds which would not grow. All of you, except Ling, have brought me trees and plants and flowers. When you found that the seed would not grow, you substituted another seed for the one I gave you. Ling was the only one with the courage and honesty to bring me a pot with my seed in it. Therefore, he is the one who will be the new emperor!” If you plant honesty, You will reap trust If you plant goodness, You will reap friends If you plant humility, You will reap greatness If you plant perseverance, You will reap victory If you plant consideration, You will reap harmony If you plant hard work, You will reap success If you plant forgiveness, You will reap reconciliation If you plant openness, You will reap intimacy If you plant patience, You will reap improvements If you plant faith, You will reap miracles But If you plant dishonesty, You will reap distrust If you plant selfishness, You will reap loneliness If you plant pride, You will reap destruction If you plant envy, You will reap trouble If you plant laziness, You will reap stagnation If you plant bitterness, You will reap isolation If you plant greed, You will reap loss If you plant gossip, You will reap enemies If you plant worries, You will reap wrinkles If you plant sin, You will reap guilt So be careful what you plant now, it will determine what you will reap tomorrow. The seeds you now scatter, will make life worse or better, your life or the ones who will come after. Yes, someday, you will enjoy the fruits, or you will pay for the choices you plant today. http://islamweb20.posterous.com/the-fruits-of-honesty
  9. Dans le Coran, Dieu parle des différents stades du développement embryonnaire humain: “Nous avons certes créé l’homme d’un extrait d’argile, puis Nous en fîmes une goutte de sperme dans un reposoir solide. Ensuite, Nous avons fait du sperme une alaqah (sangsue, chose suspendue, caillot de sang), et de la alaqah Nous avons créé une moudghah (substance mâchée)...” (Coran 23:12-14) Littéralement, le mot arabe alaqah a trois sens: (1) une sangsue, (2) une chose suspendue, et (3) un caillot de sang. Si nous comparons une sangsue à un embryon à l’étape de la alaqah, nous découvrons des similarités entre les deux[1], comme nous pouvons le voir sur l’illustration 1. De plus, l’embryon qui est à cette étape de son développement se nourrit du sang de la mère, comme la sangsue se nourrit du sang de ceux sur qui elle se fixe.[2] Illustration 1: Dessins illustrant les similarités, au niveau de l’apparence, entre une sangsue et un embryon humain au stade appelé alaqah. (Le dessin de la sangsue est tiré de l’ouvrage Human Development as Described in the Quran and Sunnah [Le développement humain tel que décrit dans le Coran et la Sounnah], Moore et al., p. 37, adapté de Integrated Principles of Zoology [Principes généraux de zoologie], Hickman et al.. Le dessin de l’embryon est tiré de The Developing Human [L’humain en développement], Moore et Persaud, 5e édition., p. 73.) Le deuxième sens du mot alaqah est “une chose suspendue”. C’est ce que nous pouvons voir sur les illustrations 2 et 3: l’embryon en suspension dans l’utérus de la mère, au stade de la alaqah. Illustration 2: Nous pouvons voir, sur ce diagramme, la suspension de l’embryon dans l’utérus de la mère, au stade de la alaqah. (The Developing Human [L’humain en développement], Moore et Persaud, 5e édition., p. 66.) Illustration 3: Sur cette photomicrographie, nous pouvons voir la suspension d’un embryon (B) au stade de la alaqah (âgé d’environ 15 jours) dans l’utérus de la mère. La grandeur réelle de l’embryon est d’environ 0,6 mm. (The Developing Human [L’humain en développement], Moore, 3e édition., p. 66, adapté de Histology [Histologie], Leeson et Leeson.) Le troisième sens du mot alaqah est “caillot de sang”. L’apparence externe de l’embryon et de ses sacs au stade de la alaqah est très similaire à celle d’un caillot de sang. Cela est dû à la présence de quantités de sang relativement élevées dans l’embryon au cours de ce stade[3] (voir illustration 4). Aussi, durant ce stade, le sang contenu dans l’embryon ne commence pas à circuler avant la fin de la troisième semaine.[4] Donc, l’embryon, à ce stade, est comme un caillot de sang. Illustration 4: Diagramme du système cardio-vasculaire rudimentaire d’un embryon au stade de la alaqah. L’apparence externe de l’embryon et de ses sacs est similaire à celle d’un caillot de sang; cela est dû à la présence de grandes quantités de sang dans l’embryon. (The Developing Human [L’humain en développement], Moore, 5e édition., p. 65.) Ainsi, les trois sens du mot alaqah correspondent exactement aux descriptions de l’embryon au stade de la alaqah. Le stade suivant, mentionné dans le verset, est le stade de la moudghah. Le mot arabe moudghah signifie “substance mâchée”. Si quelqu’un mâchait un morceau de gomme à mâcher et le comparait à un embryon au stade de la moudghah, il verrait que l’embryon, à ce stade, prend l’apparence d’une substance mâchée. Cette ressemblance est dûe aux somites sur le dos de l’embryon qui ressemblent, en quelque sorte, à des traces de dents dans une substance mâchée.[5] (voir illustrations 5 et 6). Illustration 5: Photographie d’un embryon au stade appelé moudghah (âgé de 28 jours). L’embryon, à ce stade, prend l’apparence d’une substance mâchée à cause des somites situés sur le dos qui ressemblent à des traces de dents dans une substance mâchée. La grandeur réelle de l’embryon est de 4 mm. (The Developing Human [L’humain en développement], Moore et Persaud, 5e édition., p. 82, du Professeur Hideo Nishimura de l’Université de Kyoto, à Kyoto (Japon).) Illustration 6: Lorsque nous comparons l’apparence d’un embryon au stade de la moudghah avec celle d’un morceau de gomme qu’on a mâché, nous voyons des similarités entre les deux. A) Dessin d’un embryon au stade de la moudghah. Nous pouvons voir, sur le dos de l’embryon, les somites qui ressemblent à des traces de dents. (The Developing Human [L’humain en développement], Moore et Persaud, 5e édition., p. 79.) B) Photographie d’un morceau de gomme qui a été mâché. Comment Mohammed aurait-il pu savoir tout cela il y a 1400 ans, alors que les scientifiques ne l’ont découvert que récemment en utilisant des équipements de pointe et de puissants microscopes qui n’existaient pas à cette époque-là? Hamm et Leeuwenhoek furent les premiers scientifiques à observer des cellules de sperme humain à l’aide d’un microscope perfectionné en 1677 (c’est-à-dire plus de 1000 ans après la venue de Mohammed). Ils crurent erronément que la cellule de sperme contenait un être humain miniature préformé qui grandissait à partir du moment où il était déposé dans l’appareil génital femelle.[6] Le professeur émérite Keith L. Moore[7] est l’un des scientifiques les plus en vue dans les domaines de l’anatomie et de l’embryologie, et il est l’auteur de l’ouvrage intitulé The Developing Human [L’humain en développement], qui a été traduit en huit langues. Ce livre est un ouvrage de référence scientifique et il a été choisi par un comité spécial, aux États-Unis, comme le meilleur livre rédigé par un seul auteur. Le docteur Keith Moore est professeur émérite d’anatomie et de biologie cellulaire à l’Université de Toronto, Toronto, Canada. Il y a été, auparavant, vice-doyen du Département des Sciences fondamentales à la Faculté de Médecine et, pendant 8 ans, le président du Département d’Anatomie. En 1984, il reçut un des prix les plus distingués attribués dans le domaine de l’anatomie au Canada, le J.C.B., Grand Prix de l’Association canadienne des anatomistes. Il a dirigé plusieurs associations internationales, dont l’Association canado-américaine des anatomistes et le Conseil de l’union des sciences biologiques. En 1981, au cours de la Septième Conférence Médicale à Dammam, en Arabie Saoudite, le professeur Moore affirma: “Ce fut pour moi un grand plaisir que d’aider à clarifier les passages du Coran qui parlent du développement humain. Il ne fait aucun doute, à mon esprit, que ces passages ont été révélés à Mohammed ar Dieu, parce que la presque totalité de ces connaissances n’ont été découvertes que plusieurs siècles plus tard. Pour moi, cela constitue une preuve que Mohammed était un messager de Dieu.”.[8] (Pour visionner ce commentaire en vidéo RealPlayer (en anglais), cliquez ici). On posa donc au professeur Moore la question suivante: “Cela signifie-t-il que vous croyez que le Coran est la parole de Dieu?”. Il répondit: “Je n’ai aucun problème à l’accepter.”.[9] Au cours d’une autre conférence, le professeur Moore déclara: “Dû au continuel processus de modification au cours du développement, la classification des stades de l’embryon humain est complexe. C’est pourquoi nous considérons que nous pourrions développer un nouveau système de classification en utilisant les termes mentionnés dans le Coran et la Sounnah (ce que Mohammed a dit, fait, ou approuvé). Le système proposé est simple, complet, et en conformité avec les connaissances embryologiques actuelles. L’étude approfondie du Coran et des hadiths (rapports fidèles transmis par les compagnons du prophète Mohammed sur ce que ce dernier a dit, fait, ou approuvé) durant les quatre dernières années a révélé un système de classification des embryons humains qui est très étonnant du fait qu’il date du septième siècle de notre ère. Bien qu’Aristote, le fondateur de la science de l’embryologie, eût découvert, en étudiant des oeufs de poules, au quatrième siècle avant J.-C., que les embryons de poussins se développent par stades, il n’a jamais donné de détails sur ces stades. D’après ce que nous savons sur l’histoire de l’embryologie, il y avait très peu de connaissances sur les stades et la classification des embryons humains avant le vingtième siècle. Pour cette raison, les descriptions de l’embryon humain que l’on retrouve dans le Coran n’ont pu être basées sur les connaissances scientifiques du septième siècle. Donc la seule conclusion raisonnable est que ces descriptions ont été révélées à Mohammed par Dieu. Il ne pouvait connaître de tels détails parce qu’il était illettré et n’avait absolument aucune formation scientifique.”.[10] (Pour visionner ce commentaire en vidéo RealPlayer (en anglais), cliquez ici). -------------------------------------------------------------------------------- Footnotes: [1] The Developing Human [L’humain en développement], Moore et Persaud, 5e édition., p. 8. [2] Human Development as Described in the Quran and Sunnah [Le développement humain tel que décrit dans le Coran et la Sounnah], Moore et al., p. 36. [3] Human Development as Described in the Quran and Sunnah [Le développement humain tel que décrit dans le Coran et la Sounnah], Moore et al., pp. 37-38. [4] The Developing Human [L’humain en développement], Moore et Persaud, 5e édition., p. 65. [5] The Developing Human [L’humain en développement], Moore et Persaud, 5e édition., p. 8. [6] The Developing Human [L’humain en développement], Moore et Persaud, 5e édition., p. 9. [7] Note: la profession de tous les scientifiques mentionnés sur ce site a été mise à jour pour la dernière fois en 1997. [8] La référence pour ce commentaire est This is the Truth [Ceci est la vérité] (cassette vidéo). Pour obtenir une copie de cette cassette vidéo, visitez cette page. [9] This is the Truth [Ceci est la vérité] (cassette vidéo). [10] This is the Truth [Ceci est la vérité] (cassette vidéo). Pour obtenir une copie, voir la note numéro 9. http://www.islamreligion.com/fr/articles/216/
  10. Description: La science moderne a découvert, au sujet de l’atmosphère terrestre, des faits qui étaient mentionnés dans le Coran depuis 1400 ans. par IslamReligion.com Publié le 11 Aug 2008 « Par le ciel qui fait revenir [la pluie]! » (Coran 86:11) « C’est Lui qui, pour vous, a fait de la terre un lieu de repos et du ciel un toit. » (Coran 2:22) Dans le premier verset, Dieu jure « par le ciel »[1] et mentionne qu’il « fait revenir » la pluie. Dans la doctrine islamique, un serment divin met l’accent sur la très grande importance du message transmis et constitue l’expression de la majesté et de la Vérité suprême des paroles de Dieu. Le deuxième verset décrit l’action divine qui a fait du ciel un « toit » pour les habitants de la terre. Voyons ce que dit la science atmosphérique moderne sur le rôle réel que joue le ciel. Le mot atmosphère fait référence à l’air qui entoure la Terre, du sol jusqu’à la limite où commence l’espace comme tel. L’atmosphère est composée de plusieurs couches, chacune étant définie en fonction des divers phénomènes qui s’y produisent. La pluie est « retournée » à la Terre par les nuages. Le cycle hydrologique est ainsi expliqué dans l’Encyclopedia Britannica : « L’eau s’évapore des environnements aquatique et terrestre, chauffée par l’énergie du soleil. Les taux d’évaporation et de précipitations dépendent de l’énergie solaire, comme les modèles de circulation de l’humidité dans l’air et les courants sous-marins. Au-dessus des océans, l’évaporation dépasse les précipitations et cette vapeur d’eau est transportée par les vents au-dessus des terres, où elle tombe sous forme de précipitations. »[2] Non seulement l’atmosphère retourne-t-elle sur la surface ce qui était sur cette même surface, mais elle renvoie dans l’espace ce qui pourrait endommager la flore et la faune sur Terre, comme la chaleur rayonnante excessive. Dans les années 90, une collaboration entre l’Agence spatiale européenne et l’Institut des sciences spatiales et astronautiques du Japon a mené au Programme international de physique solaire-terrestre (ISTP), programme mené conjointement par les deux agences. Les satellites Polar, Wind et Geotail font partie de cette initiative, joignant les ressources et les communautés scientifiques pour obtenir des recherches bien coordonnées et simultanées sur l’environnement spatial soleil-Terre et ce, sur une période prolongée. Ils ont une excellente explication sur la façon dont l’atmosphère renvoie vers l’espace la chaleur solaire.[3] En plus de « retourner » la pluie, la chaleur et les ondes radio, l’atmosphère nous protège comme un toit au-dessus de notre tête en filtrant les rayons cosmiques mortels, les puissants ultraviolets du soleil (UV) et même les météorites en trajectoire de collision avec la Terre.[4] La Pennsylvania State Public Broadcasting nous dit : « La lumière solaire que nous voyons représente un groupe particulier de longueurs d’ondes, de lumière visible. D’autres longueurs d’ondes émises par le soleil incluent les rayons-x et les ultraviolets. Les rayons-x et certaines ondes de lumière ultraviolettes sont absorbés dans les hauteurs de l’atmosphère terrestre. Ils chauffent à haute température la fine couche de gaz qui s’y trouve. La plus grande partie des ondes de lumière ultraviolettes est absorbée par une couche de gaz plus épaisse et plus proche de la Terre appelée couche d’ozone. En absorbant les rayons ultraviolets mortels et les rayons-x, l’atmosphère agit comme un bouclier protecteur tout autour de la planète. Comme une couverture thermale géante, l’atmosphère fait en sorte que la température ne soit jamais ni trop chaude ni trop froide. De plus, elle fait en sorte que nous ne soyons pas constamment bombardés par des météorites, par des pierres de toutes sortes et des poussières qui voyagent à grande vitesse à travers le système solaire. Les étoiles filantes que nous voyons la nuit ne sont pas des étoiles : ce sont en fait des météorites qui se consument en touchant notre atmosphère à cause de la chaleur extrême qu’ils subissent. »[5] Photo de nuages polaires stratosphériques. Ces nuages participent à la création du trou dans la couche d’ozone de la Terre. Source: Windows to the Universe, (http://www.windows.ucar.edu/) at the University Corporation for Atmospheric Research (UCAR). ©1995-1999, 2000 The Regents of the University of Michigan; ©2000-04 University Corporation for Atmospheric Research. L’Encyclopedia Britannica, décrivant le rôle de la stratosphère, nous parle de son rôle protecteur dans l’absorption des radiations ultraviolettes dangereuses : « Dans les régions supérieures de la stratosphère, l’absorption de la lumière solaire ultraviolette détruit des particules d’oxygène; la recombinaison des atomes d’oxygène avec des molécules O2 en ozone (O3) crée la couche d’ozone, qui protège l’écosphère contre les radiations néfastes… Plus troublante, toutefois, est la découverte d’une détérioration grandissante de la couche d’ozone sous les latitudes tempérées, là où réside un grand pourcentage de la population mondiale, car cette couche d’ozone sert de protection contre les radiations ultraviolettes, qui jouent un rôle dans l’apparition du cancer de la peau. »[6] La mésosphère est la troisième couche la plus élevée de notre atmosphère, là où les météorites se consument en entrant dans l’atmosphère. Imaginez une balle de baseball filant à 48 000 kilomètres à l’heure. C’est de cette taille et à cette vitesse que voyagent beaucoup de météorites. Lorsqu’ils pénètrent dans l’atmosphère, ils sont chauffés à plus de 3000 degrés Fahrenheit et ils luisent. Un météorite comprime l’air devant lui; l’air devient alors très chaud et brûle à son tour le météorite.[7] Voici une image de la Terre et de son atmosphère. La mésosphère est la ligne bleu foncé tout en haut de l’image, sous la bande de couleur noire. (Image : courtoisie de la NASA) La Terre est entourée par la magnétosphère, – une région dans laquelle les phénomènes physiques sont dominés ou organisés par son champ magnétique. La magnétosphère agit comme un bouclier nous protégeant contre les tempêtes solaires. Cependant, selon de nouvelles observations de l’engin spatial IMAGE, de la NASA, et des satellites Cluster de la NASA et de l’Agence spatiale européenne, d’énormes fissures apparaissent parfois dans la magnétosphère et demeurent ouvertes des heures durant. Cela permet aux vents solaires d’emprunter ce passage et de provoquer un climat spatial orageux. Heureusement, ces fissures ne permettent pas à la surface de la Terre d’être exposée aux vents solaires. Notre atmosphère nous protège, même quand la magnétosphère ne le fait pas.[8] Dessin du satellite IMAGE de la NASA s’immisçant à travers une fissure dans la magnétosphère. Comment un habitant du désert, au huitième siècle de notre ère, a-t-il pu décrire le ciel de façon aussi précise alors que ces faits n’ont été confirmés que récemment par la science? Il ne peut l’avoir décrit ainsi qu’après avoir reçu une révélation de Celui qui a créé ce ciel. -------------------------------------------------------------------------------- Footnotes: [1] Le mot arabe “as-samaa’”, traduit comme “ciel” inclut l’atmosphère, tel qu’indiqué par le verset 2:164. [2] ”Biosphere.” Encyclopedia Britannica from Encyclopedia Britannica Premium Service. (http://www.britannica.com/eb/article?tocId=70872) [3] (http://www-spof.gsfc.nasa.gov/stargaze/Sweather1.htm) [4] Atmospheric, Climate & Environment Information Programme of the Manchester Metropolitan University at (http://www.ace.mmu.ac.uk/eae/Atmosphere/atmosphere.html) [5] (http://www.witn.psu.edu/articles/articl ... show_id=44) [6] “Earth.” Encyclopedia Britannica from Encyclopedia Britannica Premium Service. (http://www.britannica.com/eb/article?tocId=54196) [7] (http://www.space.com/scienceastronomy/s ... rs-ez.html) [8] (http://www.firstscience.com/SITE/ARTICL ... sphere.asp) http://www.islamreligion.com/fr/articles/1/
  11. Depuis la nuit des temps, la grande majorité des êtres humains ont cru en Dieu. Chez les plus anciennes civilisations comme chez les premières sociétés modernes, des religions ayant Dieu comme principal objet d’adoration ont été à la base de la culture humaine. À travers l’histoire, le fait de nier l’existence de Dieu (athéisme) a toujours été le fait d’un petit nombre d’individus et ce, jusqu’à la montée du communisme, au 20e siècle. Même de nos jours, dans les sociétés laïques occidentales, où les scientifiques modernes, armés des théories darwiniennes, prétendent que Dieu est un produit de l’imagination collective, c’est une majorité de citoyens qui continue de croire en Dieu. L’impressionnant ensemble de données archéologiques en faveur de l’existence de Dieu a amené certains anthropologues à conclure que la croyance en Dieu (déisme) doit être innée et non acquise. Bien que la grande majorité des spécialistes en sciences sociales laissent entendre le contraire, des découvertes scientifiques récentes appuient l’opinion selon laquelle la croyance est innée. Dans un article intitulé « God Spot is found in the brain » (Une zone liée à la croyance découverte dans le cerveau), le docteur Vilayanur Ramachandran, de l’Université de Californie, à San Diego, affirme que la croyance religieuse en Dieu est inscrite dans le cerveau. Une zone liée à la croyance religieuse est découverte dans le cerveau par Steve Connor Correspondant scientifique Des scientifiques croient avoir découvert, dans le cerveau, un « module lié à la croyance en Dieu » qui serait responsable de l’instinct naturel de l’homme à croire en Dieu. Une étude menée auprès d’épileptiques, qui sont connus pour vivre des expériences profondément spirituelles, a localisé un circuit nerveux à l’avant du cerveau qui semble devenir électriquement actif lorsque ces personnes se mettent à penser à Dieu. Ces scientifiques affirment que bien que cette recherche et ses conclusions soient encore au stade préliminaire, les premiers résultats suggèrent que le phénomène de la croyance religieuse est « inscrit » dans le cerveau. Les patients épileptiques qui souffrent d’attaques originant du lobe frontal du cerveau affirment vivre régulièrement des épisodes mystiques intenses et se sentir obsédés par la spiritualité religieuse. Une équipe de neurologues de l’Université de Californie, à San Diego, a laissé entendre que l’explication la plus fascinante serait que les attaques provoquent une surstimulation des nerfs dans une zone du cerveau surnommée le « module de Dieu ». « Peut-être y a-t-il, dans le lobe temporal, un mécanisme neural lié à la religion. Peut-être ce mécanisme a-t-il évolué afin d’imposer un certain ordre et une certaine stabilité, dans les sociétés », a rapporté l’équipe, au cours d’une conférence, la semaine dernière. Les résultats indiquent que le fait qu’une personne croie en une religion, ou en Dieu, pourrait dépendre d’à quel point cette partie de son cerveau est développée. Le docteur Vilayanur Ramachandran, qui dirige l’équipe de recherche, a fait savoir que l’étude comparait des patients épileptiques à des gens normaux et à un groupe de personnes affirmant être profondément religieuses. Des moniteurs électriques posés sur leur peau – le test habituel effectué pour mesurer l’activité du lobe temporal – ont démontré que les épileptiques et les gens profondément religieux ont eu une réaction similaire lorsqu’on leur a montré des mots faisant référence à la croyance spirituelle. Les scientifiques spécialisés dans l’évolution du cerveau humain ont suggéré que la croyance en Dieu, qui est un trait commun que l’on trouve chez toutes les sociétés humaines à travers le monde et ce, depuis la nuit des temps, est probablement inscrite dans les circuits complexes du cerveau comme adaptation « darwinienne » dont la raison d’être serait d’encourager la coopération entre individus. Si les résultats de cette recherche sont exacts et qu’un « module de Dieu » existe bel et bien, cela voudrait probablement dire que les gens athées possèdent un circuit neural différemment configuré. Un porte-parole de Richard Harries, l’archevêque d’Oxford, a laissé entendre que l’existence ou non d’un « module de Dieu » est une question qui doit intéresser les scientifiques et non les théologiens. « Mais il ne serait pas surprenant que Dieu nous ait créés avec une prédisposition physique à la croyance », a-t-il ajouté.[1] Malgré des preuves de plus en plus nombreuses démontrant que l’homme possède une « prédisposition physique à la croyance », le fait que le concept de Dieu ait grandement varié d’une société humaine à l’autre pousse certains penseurs, et même ceux qui croient en Dieu, à conclure que les religions sont l’œuvre de l’homme plutôt que celle de Dieu. Cependant, des études plus poussées révèlent la présence d’un lien théologique commun à toutes les religions. Ce lien est la croyance en un Être suprême parmi les nombreuses divinités, un fondement monothéiste que l’on retrouve même dans les systèmes religieux les plus panthéistes. Par exemple, le concept de Dieu que l’on retrouve dans l’hindouisme et qui se démarque des autres religions laisse entendre que les humains étaient monothéistes, à l’origine, et qu’ils sont devenus polythéistes à travers divers processus dégénératifs. Malgré ses nombreuses divinités et idoles, on retrouve dans l’hindouisme un Dieu suprême unique appelé Brahman. De tout temps, la majorité des anthropologues ont conclu que la religion était passée par divers stades de polythéisme pour devenir monothéiste, ayant débuté avec l’adoration des forces de la nature par l’homme primitif pour ensuite passer au dithéisme, qui rassembla tous les pouvoirs surnaturels chez deux dieux principaux (un dieu du bien et un dieu du mal) puis, finalement, au monothéisme. Donc, selon les anthropologues et les spécialistes des sciences sociales, la religion n’aurait pas d’origine divine, mais dériverait plutôt des superstitions de l’homme primitif, qui n’existaient que par son manque de connaissances scientifiques. Par conséquent, ces mêmes théoriciens croient que la science nous dévoilera bientôt tous les secrets de la nature, amenant les gens à ne plus utiliser la religion pour expliquer des phénomènes naturels et provoquant par le fait même l’extinction pure et simple des religions. Mais la croyance innée de l’homme en un Être suprême semble soutenir le point de vue opposé, suggérant plutôt que l’homme a commencé par être monothéiste pour s’égarer, avec le temps, dans diverses formes de polythéisme. Cette position trouve appui dans le fait que la majorité les tribus prétendument primitives qui ont été « découvertes » professaient une croyance en un Être suprême. Peu importe à quel stade de leur développement religieux elles se trouvaient au moment où elles furent « découvertes », la plupart croyaient en un Être suprême régnant au-dessus de tous les autres dieux ou esprits. Le concept d’un Être suprême unique est donc présent au sein de la majorité des religions et constitue la preuve que les gens se sont éloignés du monothéisme en prêtant des attributs divins à certaines parties de la création qui, avec le temps, finirent par être considérées comme de secondes divinités et, dans certains cas, comme des intercesseurs entre l’homme et Dieu. Il demeure malgré tout qu’un Dieu suprême et unique, sous quelque forme que ce soit, se trouve au cœur de la grande majorité des religions.[2] -------------------------------------------------------------------------------- Footnotes: [1] The Sunday Times, 2 Nov. 97, p. 19. [2] Dieu dit, dans le Coran : « Dirige tout ton être, (ô Mohammed), exclusivement vers la religion, selon la nature innée dont Dieu a pourvu les hommes à leur création. Ce que Dieu a créé ne saurait être modifié. » (Coran 30:30) – IslamReligion.com http://www.islamreligion.com/fr/articles/567/
  12. http://yfrog.com/1grefch4241109aj Salam alaykum everyone !!! i was wondering if anyone can traduct these duas in english... Thank you in advance...
  13. It took me about few weeks to learn alphabet and start to read it... Now i am still learning meaning of all the words with my dictionnary bangla/english... I haven't had a choice my shasuri send me a bengali cooking book in BANGLA when i married my husband... I got 2 choice live it on library or learn how to read it... Now i can cook good food... But before... I was making sometimes a mistake... Like onions paste and slicing onions was not the same things :0
  14. And now i can read it ... Thank you very much MW
  15. Sister the writing is too small i can't read it !!!
×
×
  • Create New...